Le projet ECHO (2014-2018)

ECHO  [ECrire l’Histoire de l’Oral] L’émergence d’une oralité et d’une auralité modernes. Mouvements du phonique dans l’image scénique (1950-2000).  [ANR-13-CULT-0004]

Partenaires : l’UMR 71-72 (ARIAS, puis THALIM), laboratoire porteur, la BnF (départements des Arts du spectacle et de l’Audiovisuel) et le  LIMSI-CNRS (groupe Audio et acoustique), avec la collaboration d’équipes du CRIalt de Montréal et de l’UVA.

Résumé final (septembre 2018) :

REPENSER LE THÉÂTRE COMME LIEU OÙ L’ON ENTEND, METTRE LA VOIX PARLÉE AU CENTRE DE L’ÉTUDE

ECHO prolongeait un premier projet, “Le son du théâtre (XIXe-XXIe siècles)”, en effectuant un triple recentrage : sur la France, sur la seconde moitié du XXe siècle, et sur la voix. Le  nouveau projet abordait le théâtre comme un espace organisé par et pour la voix parlée, revenant ainsi à la définition admise par les acousticiens modernes du lieu théâtral (fin XIXe-début XXe), qui pouvait sembler ne plus convenir : les technologies (du micro au magnétophone) avaient transformé le son de la scène et surtout le rapport au texte, au verbal, à la langue (ici, la langue française) avait connu des bouleversements majeurs. Faisant l’hypothèse que, dans le domaine vital du langage, bouleversement ne signifiait pas disparition, l’équipe a entrepris d’explorer comment les artistes et techniciens, de l’après Seconde Guerre mondiale à la fin des années 1990, ont renouvelé les conditions et les formes de la parole scénique et de son écoute. Ce faisant, ECHO réinscrivait le théâtre, dont le jeu a contribué à structurer la société occidentale, dans la réflexion, aujourd’hui cruciale, sur notre rapport à l’art de pratiquer (d’écouter, lire, mémoriser, parler – chanter) une langue écrite ou travaillée.

ECHO prolonged an initial project titled “Theatre Sound (19th – 21st centuries)” with a refocusing on three aspects: on France, on the second half of the 20th century, and on the voice. The ECHO project approached theatre as a space organised by and for the spoken voice, thus returning to the commonly accepted definition by modern acousticians of the theatrical space (end of the 19th – beginning of the 20th), which seemed to be less suitable: technologies (from microphones to tape recorders) had transformed the sound of the stage; significantly, the relation to the text, to the verbal, to the language (here, the French language) had experienced major transformations. Based on the hypothesis that, in the vital domain of language, transformation does not denote disappearance, the team explored how artists and technicians, from post-World War II to the end of the 1990s, have renewed the conditions and forms of the stage spoken word and its listening. In doing so, ECHO has allowed the reintegration of the theatre, an art which has contributed to structure Western society, within today’s crucial reflections on our relationship to the art of practicing (listening, reading, memorising, vocalising – singing) a written or elaborated language.

Durée du projet : Du 1er janvier 2014 au 30 septembre 2018 – après la prolongation d’une année sollicitée en février 2017, augmentée de trois mois pour des raisons techniques.

Principaux objets d’étude : deux salles (la grande salle du Palais de Chaillot et la grande salle du Théâtre de l’Athénée) et un ensemble d’enregistrements sonores de spectacles joués dans ces salles entre 1950 et 1990, archives conservées à la BnF (département des Arts du spectacle).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie (22 juin 2021). Le projet ECHO (2014-2018). L’écoute du théâtre [lieux, spectacles et voix]. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o2qd


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.